Ricardo Abdahllah : “Être immigré, cela t’apprend à vivre avec moins”
Entrevista/Invitad@

Ricardo Abdahllah : “Être immigré, cela t’apprend à vivre avec moins”

Originalmente publicado en café des roumains:
Journaliste et écrivain d’origine colombienne, Ricardo Abdahllah vit à Paris depuis 2007 et travaille comme correspondant pour le quotidien El Espectador. En 2009 il a reçu le Prix Simón Bolívar, la plus haute distinction décernée en Colombie pour le journalisme professionnel, pour son entretien avec l’écrivain et militant français…

Del puente para allá está Kioto
Crónicas y Reportajes/Periodismo

Del puente para allá está Kioto

publicado en EL ESPECTADOR

En una pared están Sayori, Eliana y Alexandra. Las tres morenas, caleñas, o eso podemos imaginar por el título de la exposición: Kioto/Cali. El título nos hace pensar que las flores que las rodean son de esos cerezos rosados tan presentes en la plástica japonesa como raros en el trópico. En otra pared, en ángulo recto, están los retratos de Misuo, Shikegazo y Masahiro Inuoe, tres generaciones de artesanos japoneses que han trabajado el kakemono (o kakejiku), un rollo desplegable elaborado en seda o papel washi sobre el que se pintan signos caligráficos o estampas. Sigue leyendo

“Les Bonnes” au Passage vers les Etoiles.
Critiques/Reseñas

“Les Bonnes” au Passage vers les Etoiles.

publier dans LA GALERIE DU SPECCTACLE

Madame veut signaler que la bonne est remplaçable et que le mépris est réciproque. «Je vous aime » dit Solange/Claire venant juste de cracher sur le soulier de Madame.
«Comme on aime sa maîtresse sans doute » répond-elle.
L’ambiguïté du mot « maîtresse » s’insinue et arrive à son paroxysme au moment où les mains de la bonne se serrent autour du cou de Madame, avec une douceur d’amants qui s’étranglent. Comme les prénoms des bonnes, «Aimer » et «Tuer » sont des mots échangeables. Sigue leyendo