Parlons d’autre chose (au Théâtre de Belleville)
Critiques/Reseñas

Parlons d’autre chose (au Théâtre de Belleville)

publié dans LA GALERIE DU SPECTACLE

Ils sont issus d’une génération procrastinatrice et distraite de serial clickers qui a remplacé le zapping par l’hyper-connectivité en temps réel. Il faut donc faire avec et être bref dans la présentation des personnages. Nous n’aurons droit qu’aux prénom, nom, âge, taille et rêves de chacune des huit filles et du seule garçon de la bande.
Ils sont tous dans la même classe de Terminale. Terminale L (en plus). Et, en plus, dans un « bon » lycée. C’est à dire, un lycée privé : le Saint-Sulpice. Ils sont tous des beaux gens, dans le sens de « riches ». Sigue leyendo

Une trop bruyante solitude, au Théâtre de Belleville
Critiques/Reseñas

Une trop bruyante solitude, au Théâtre de Belleville

publié dans LA GALERIE DU SPECTACLE

Dans Une trop bruyante solitude au Théâtre de Belleville, Thierry Gibault n’est acteur qu’à moitié. Mais quelle moitié ! Sans bouger d’un centimètre ses jambes, dont la rigidité nous fait penser au poids de la presse papier qui est au cœur de cette histoire, il nous assomme une heure durant en racontant les coups bas qu’il a subis, et qu’on reçoit directement, engoncés dans notre trop silencieux confort de spectateurs. Sigue leyendo

“Illusions perdues” au Théâtre de Belleville
Critiques/Reseñas

“Illusions perdues” au Théâtre de Belleville

publié dans La Galérie du Spectacle

“Mesdames, messieurs, nous vous prévenons que quatre coups de feu vont être tirés pendant le spectacle”.

L’annonce faite au même moment que l’habituel speech sur l’obligation d’éteindre les téléphones portables, jette une certaine ombre sur la légèreté du prélude. Jusque-là, nous étions en clé d’une “comédie décalée”. Sur fond de musique dansante et boule à facettes, une des comédiennes proposait du vin aux spectateurs qui rentraient dans la salle. Une autre s’engueulait avec le photographe officiel : « Il est interdit de prendre des photos pendant le spectacle”, répétait- elle. Sigue leyendo